Révolutions en statistique

Theodore M. PORTER

Résumé


Bien qu’Alain Desrosières ait été formé en statistique dans les institutions françaises de statistique publique, et particulièrement grâce à l’enseignement de Pierre Bourdieu à l’ENSAE, il accordait aussi une importance particulière à un groupe de recherche qui s’est réuni à Bielefeld, en Allemagne, en 1982 et 1983. Le travail de ce groupe, qui échangeait exclusivement en anglais, portait sur « La révolution probabiliste », et a produit un ouvrage en deux volumes rassemblant des articles, ainsi qu’un travail synthétique collectif intitulé The Empire of Chance (« L’empire du hasard » non encore traduit en Français). L’organisateur du projet, Lorenz Krüger, était un philosophe. Il avait traduit des essais de Thomas Kuhn en allemand, et il admirait le travail de Ian Hacking sur les probabilités, en particulier un livre sur les XVIIe et XVIIIe siècles intitulé L’émergence des probabilités. L’idée de Lorenz Krüger était que la montée progressive des conceptions probabilistes de la nature et de la société entre 1800 environ et 1930 constituait une révolution intellectuelle, par laquelle le hasard s’était insinué dans des champs scientifiques de plus en plus nombreux, transformant une conception déterministe du monde en une conception probabiliste.

Texte intégral : PDF

Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.


Creative Commons License
Ce travail est autorisé sous licence avec la Licence de paternité Creative Commons 3.0.