L’apport des bases de données d’origine administrative aux cohortes épidémiologiques : l’exemple de la cohorte Constances

Marie Zins, Marcel Goldberg

Résumé


La France, contrairement à d’autres pays développés, ne dispose pas encore d’une cohorte de grande taille pour sa recherche épidémiologique. En revanche, notre pays dispose de bases de données administratives extrêmement riches. Exploiter ces gisements pour constituer à moindre coût de grandes cohortes est une voie de progrès prometteuse : c’est ce qui est entrepris dans la cohorte « Constances ». D’autres expériences pourront suivre, si les problèmes légaux et méthodologiques sont correctement pris en charge.

Texte intégral : PDF

Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.


Creative Commons License
Ce travail est autorisé sous licence avec la Licence de paternité Creative Commons 3.0.